Rechercher dans ce blog

jeudi 16 mars 2017

Talisman du printemps

Tandis que j'arpentais la ruelle des ménagères pour rejoindre mon atelier chéri, j'ai croisé un jardinier qui taillait une haie.
Souffrant légèrement d'un syndrome de Diogène, mes yeux tombent sur des branches argentées, oui ! du Sureau.
J'avertis l'homme illico :"je prends le sureau!" et lui gentiment: "allez-y Madame".
Et tout le reste du chemin je m'interroge...
Qu'est-ce que je vais (encore bien) pouvoir faire de ça ?
Des perles ? Des tissages ? Des talismans !

Etait-ce l'instinct ? en faisant quelques recherches, je découvre ceci :

  • Les anciens Celtes considéraient le sureau comme un arbre doublement symbolique, à la fois protecteur et associé à la mort.
  • Dans son bois, les druides fabriquaient des flûtes magiques grâce auxquelles ils entraient en communication avec l'âme des défunts.
  • Sa multitude de petites fleurs blanches trahissait la présence d'autant de divinités protectrices, qui vivaient à l'intérieur du tronc et des branches.
  • Planté au jardin, il protège la maison de la foudre et ses habitants de la maladie. Accroché aux portes et fenêtres, il protège des forces maléfiques.
  • On bénissait jadis les nouveaux mariés avec cet arbre, pour leur chance et leur bonheur. On bénit aussi les nouveau-nés dans un bain de sureau.
  • On disait aussi que les sorcières confectionnaient les manches de leurs balais avec du bois de sureau. (source : http://www.gardiensdelaterre.org/)
Et voilà ! si avec ça, il n'y a pas un brin de magie dans mes bijoux...


#DifferenceMakesUs





Pour le reste, les pampilles (rose, bronze) sont en soie ancienne chinée dans une maison abandonnée. 
Les blanches, elles sont réalisée dans de la soie 'Ahimsa', dite de la paix, pour laquelle on ne tue pas la chenille dans son cocon, mais on attend qu'elle s'envole, enfin son papillon.

Elles seront sous peu dans ma nouvelle boutique, aussi, n'hésitez pas à vous abonner. 
Au blog aussi d'ailleurs !

Bonne fin de semaine.


mercredi 8 mars 2017

A la #feteducodecréatif

Samedi dernier petit tour au Centre Pompidou.
Surprise ! De nombreux ateliers étaient proposés autour de la Fête du code créatif.
Si la première partie du tag ne me dit a priori pas grand chose, je me suis vite approprié les 1000 possibilités de la super machine du sous-sol : SAM.

 En résumé :
S.A.M., une machine à dessiner pas comme les autres
Avec l’artiste Mark Webster et Victor Meunier
Faites la connaissance de S.A.M., la machine qui dessine ! À partir de votre photo, cette machine artistique et artisanale réalise votre portrait, qu’il faudra reprendre au trait, point par point, pour lui donner forme.

J'arrive, d'abord je demande l'autorisation, mais heureusement, ce n'est pas réservé aux enfants...
Or donc après avoir réduit la hauteur du tabouret (comme dans un Photomaton), je me tire le portrait.
Je sais déjà que je n'utiliserai pas de feutre pour relier les points...
J'en parle avec Mark* et Victor qui se sont associés pour donner naissance à cette drôle de 'Semi-Automatic-Machine'.
Des algorithmes repèrent les contours de l'image (capturée par la webcam de l'ordi) et les restituent sous forme d'un chapelet de points, numérotés pour faciliter le tracé.
La première version est assez basique, il ne faut pas que le dessin prenne la journée...






Mais en discutant avec Victor, nous augmentons le détail et le nombre des contours et supprimons les chiffres.
Voilà qui me servira de base de travail !
De retour avec mes précieuses impressions, je brode, à la main et à la machine...
Une version sur papier est aussi en cours (mais c'est un peu plus long donc... patience !).

 






Assurément une heureuse rencontre !
J'espère, S.A.M, que nos chemins auront d'autres occasions de se croiser.


*D’origine Canadienne, Mark Webster est autodidacte d’une pratique artistique en pleine émergence, le design de calcul informatique. Il enseigne une approche de la programmation informatique pour le design graphique à l’ESAD d’Amiens.

mardi 21 février 2017

Recherche & échantillons avec Marie-Lys, fronces godets et fraises...

C'est en compagnie de Marie-Lys que j'ai repris hier mes ateliers 'sur mesure'.
Après avoir regardé des exemples de 'flounce' ou godets, nous avons discuté des méthodes qui lui plaisaient le plus et réalisé plusieurs exercices.





Nous avons aussi réalisé des échantillons grâce aux différents pieds fronceurs dont je dispose, afin de transformer le tissu par de plus ou moins denses ondulations...





 Enfin elle a pu réviser la fraise et ses secrets et est repartie avec plein d'idées d'applications !


Quel plaisir de partager et d'avancer ensemble !

mardi 14 février 2017

Perles ou talismans, mon coeur balance...

J'ai la fâcheuse tendance à aimer ce qui est petit...
J'ai toujours aimé les petites choses, pas forcément par manque d'ambition mais sans doute parce je vois mieux de près.
Peut-être aussi parce que plus on travail 'en petit', plus on est dans le détail et plus on s'immerge, on rentre dans la création ?
Fascinée par les perles-cocons de Nadine Levé comme par les bobines rangées par couleurs de ma grand-mère, j'ai eu envie de créer des perles.
C'est aussi un petit hommage à Judith Scott, artiste découverte au musée d'art brut de Lausanne, qui emballe, enroule des objets dans sa propre toile.
J'y reconnais aussi l'influence de Sheila Hicks et sa dernière expo à la galerie Vincent Elbaz.
C'est enfin un bon moyen de créer à partir de mon impossibilité de jeter fils et tissus, même lorsqu'ils sont réduits à une faible quantité !
On peut en faire des bijoux, des broches, les intégrer dans des tissages... Au choix !
(elles sont maintenant disponible dans la boutique!).






perles textile, fiber beads, couture, rose, orange, Lurex
perles textile, fiber beads, couture, gris, bleu, vert, argent

perles textile, fiber beads, couture, bleu, blue jean, fluo

perles textile, fiber beads, couture, vert, lin, or

samedi 4 février 2017

En février, c'est la rentrée !

Encore ?
Eh oui ! je vous raconte...
Ma boutique en ligne a disparue car le 'cloud' de mon ancien commerce a fermé.
J'ai donc décidé de passer sur une plateforme connue et fort utilisée et cela m'a donné l'occasion de rafraîchir un peu mon projet.
Je m'interroge depuis longtemps sur le nom 'bidulafil', car c'était surtout celui du blog.
Un nom ludique, néologisme pratique qui pouvait décrire l'ensemble de mes expériences textiles...
Mais avec le temps, j'avais envie de quelque chose qui reflète davantage mon travail et mon univers.
Vous aurez noté que le sous-titre du blog est 'to be or knot to be'. Etre ou noeud pas être, puisqu'au fond, je fais des noeuds chaque jour.
Partie de là, j'ai souhaité faire un clin d'oeil à Louise Bourgeois et à son aquarelle 'Be Calm' découverte à la Tate Gallery il y a quelques temps.


Etre calme, c'est aussi arrêter le flux des pensées. Cette activité méditative je la retrouve je n'y arrive que dans mes heures passées à crocheter, broder, filer,...

Et c'est ainsi que s'est imposé 'Think Knot' !

Ne soyez donc pas surpris si sur Facebook vous ne trouvez plus le nom Bidulafil. J'avais besoin de passer un cap.
En revanche, j'ai pris soin de remettre un lien boutique en haut à gauche de ce blog, et j'ai également assuré le 'suivi' avec une redirection par bidulafil.fr.
Vous ne serez pas perdus !
Enfin vous trouverez dans ce blog une ligne de recherche juste après le sous-titre (utile au bout de 4 ans de posts...) et je vous invite également à me suivre sur Instagram, pour un aperçu en direct de mon travail à l'atelier :)
Et si vous avez 2 minutes à m'accorder, indiquez-moi en commentaire vos articles préférés afin que je les mette au plus tôt dans la nouvelle boutique (pour l'instant, seulement 4 articles).
Merci et bonne fin de semaine !


lundi 23 janvier 2017

Fiberfun - joie fibreuse

Ce week-end, à la Rougerie, se tenait la réunion du gang des teigneuses, menées par mon amie Amélie.
Au coin du feu, tricot et filage en tous genres.
De joli rouets 'de grande' et mon petit book charkha, un peu comme un ovni...
J'avais commencé à filer avec du préfil de chez Sidaba laines et rempli mon premier fuseau.
Comme j'avais lu qu'il fallait laisser 'reposer' le fil pour qu'il assimile sa torsion, je l'avais gardé ainsi au chaud, attendant une occasion propice.
Et dimanche, Tadam !! l'occasion fit le larron et même plus !
Arrivée à la ferme, j'ai installé mon BC en mode dévidoir afin de réaliser mon tout premier écheveau.
Voici le travail :


video

Il est composé de coton, de laine et j'ai aussi incorporé quelques brins d'herbe séchés.

écheveau premier laine coton herbe sèche


Ce ne sera donc pas un fil pour me faire un tour de cou, mais j'ai bien envie de réaliser avec un genre de vannerie crochetée...
Après cela, j'ai travaillé avec de la laine à feutrer de la filature des Terrades. Comme la nappe contient  plusieurs laines, on obtient un joli mélange.


écheveau laine cardée
Un essai aussi avec du lin brut, mais cela s'emmêle terriblement...



Mais je me demandais comment mêler mes fibres, puisque je dispose aussi de soie (ahmsa silk et silver) mais que celle-ci était tout bonnement infilable en l'état...
J'avais vu une charmante vidéo de la talentueuse WoolWench et ma foi, j'en bavais d'envie.
Et dimanche toujours, miracle ! J'en ai trouvé une paire :)
Tout ça grâce à l'adorable Janneke, des Wolkol
Elle a eu la gentillesse de me montrer comment s'en servir et m'a fait essayer ses Louët avec du BFL (Blue Face Leicester, une merveille !).

 


Alors forcément, j'ai craqué !
Et je me suis préparé un petit ruban peigné de lin mêlé de soie.


Me voilà plongée dans les fibres. Je remonte jusqu'à la source et je fais un bond dans la matière pure.
Quel bonheur de créer soi-même son fil !

vendredi 13 janvier 2017

B comme bonne année, broderie, boutique...

Non il n'est pas trop tard !



Quelques nouvelles en ce mois de Janvier, du cours de broderie.
J'avais en tête de travailler sur la mousse. Pas la mousse à raser, non, mais celle qu'on trouve en coussinets sur les murs...
Avez-vous déjà pris le temps de vous plonger dans ces mondes minuscules ? Cela peut être uniforme ou varié, vert tendre, vert sombre ou argenté et parfois surplombent de petite pousses brunes ou oranges : les archégones (équivalent du pistil chez les angiospermes).
Alors se lancer dans une broderie de mousse (après les lichens, soit dit en passant), n'a pas été évident.
Je vous livre ma petite interprétation :

bidulafil broderie aiguille & crochet
croissance...



















bidulafil broderie aiguille & crochet
travail au crochet de Lunéville

bidulafil broderie aiguille & crochet
travail d'aiguille


bidulafil broderie aiguille & crochet


l'envers du décor



bidulafil broderie aiguille & crochet
bouclettes en fil de Mr Konoma

bidulafil broderie aiguille & crochet












Et petit bonus avant la fermeture de ma boutique en ligne : des soldes !

soldes boutique
#soldes